Une école au cœur de la nature
L’école est située à Saint-Girod, dans la commune nouvelle d’Entrelacs (73), entre Aix-les-Bains, Rumilly, Annecy et les Bauges.

L’environnement est campagnard, à proximité immédiate de 2 petits ruisseaux qui coulent en forêt. Les enfants passent du temps dans la nature chaque jour.

 Les animaux de l’école
L’école accueille des petits animaux de la ferme (poules, canards, lapins) ainsi que des poneys. Les enfants prennent soin des animaux et bénéficient des interactions qu’ils créent avec eux.

 

Les jardins et verger
L’école dispose d’un jardin maraîcher, d’un jardin de fleurs et d’un verger.
Les enfants prennent part au soin des plantes (plantation, entretien, récolte), et utilisent ensuite leur production pour préparer des dégustations partagées, ce qui est source de joie et de fierté. Le travail de la terre leur permet d’être en lien avec le vivant et de prendre conscience des cycles de vie et des interactions entre les plantes.

 

L’immersion dans la nature et l’activité physique
Nous pensons que les enfants ont besoin d’immersion dans la nature et d’activité physique et que celles-ci sont bénéfiques pour leur bonne santé physique et mentale et pour développer leurs compétences. Les enfants se rendent donc tous les jours dans la nature. Ces immersions sont bénéfiques à leur bien-être et font naître des questionnements qui sont autant de points de départ pour les apprentissages.

Extraits du livre « Grandir en s’épanouissant » de Fabrice DINI
Rester trop longtemps assis est dangereux pour la santé
Rester trop longtemps assis augmente drastiquement le risque de diabète, de maladies cardio-vasculaires et tout simplement de mort prématurée. Ce risque existe, que l’on pratique du sport ou pas. »
Voilà ce que dit une méta-analyse se basant sur les données de plus de 700 000 participants de 18 études récentes (…).
Suite à ces études, de nombreuses entreprises réaménagent leurs bureaux pour permettre à leurs employés de travailler debout et d’être régulièrement en mouvement. On peut facilement imaginer que les retombées sont encore plus néfastes pour la croissance et la santé des enfants, dont le corps est en pleine formation.

Le développement des facultés et l’acquisition de connaissances peuvent inclure une participation dynamique de la part des enfants. Sur la base d’une étude, Lengel démontre qu’il est même plus facile d’apprendre et de se rappeler des informations quand celles-ci sont associées à des mouvements.
Cette idée barbare selon laquelle les enfants doivent être habitués depuis le plus jeune âge à rester assis immobiles sur un banc durant des heures doit laisser place à une compréhension intelligente du développement physique, émotionnel et cognitif des enfants.

 

L’OMS recommande une heure d’activité physique quotidienne pour tous les enfants
Selon l’OMS, une activité physique pratiquée de manière appropriée aide les jeunes à développer un appareil locomoteur (os, muscles et articulations) et cardiovasculaire (cœur et poumons) sain, à développer une bonne conscience neuromusculaire (coordination et contrôle des mouvements) et à garder un poids de forme. Non seulement il a été démontré que l’activité physique apportait de nombreux bienfaits sur le plan psychologique (c’est notamment un bon antidote aux symptômes d’anxiété et de dépression) mais également qu’elle contribuait au développement social des jeunes (opportunités d’expression de soi, d’interactions sociales, d’intégration et renforcement de la confiance en soi). Il semble également que les jeunes qui pratiquent une activité physique adoptent plus volontiers des comportements sains (comme éviter le tabac, l’alcool et la consommation de drogues) et ont de meilleurs résultats scolaires. Les activités physiques sont aussi l’occasion de faire grandir de nombreuses qualités telles la détermination, la discipline, le travail d’équipe, l’équanimité, le courage, la concentration, la dextérité, la volonté, la bonne humeur, la maîtrise de soi, etc.

A l’école des deux ruisseaux, les enfants pratiquent une activité physique chaque jour : promenade dans la forêt pour les plus petits puis différents sports : vélo, ski, natation, équitation …

 

La pédagogie par la nature
La nature offre les conditions idéales pour apprendre de façon expérientielle et dynamique, avec enthousiasme et émerveillement. Elle est parfaite pour développer le corps : la motricité, l’agilité, la dextérité, la coordination ; pour développer les sens et le sens esthétique ; pour faire éclore et fortifier les valeurs humaines fondamentales, telles la persévérance, la courage, l’humilité, la gratitude ; mais aussi les forces de caractère telle l’endurance, le leadership, le travail d’équipe, la prudence, la maîtrise de soi. La pédagogie par la nature est aussi idéale pour entraîner les facultés mentales, telles l’observation, la comparaison, la concentration, la mémorisation, etc.
Tous les sujets peuvent être enseignés dans la nature : les mathématiques (découvrir les formes, le poids et la taille d’objets, sérier des bouts de bois, compter), les langues (le vocabulaire, la poésie), les sciences, l’histoire, etc.

 

Les écoles partiellement dans la nature ont fait l’objet de nombreuses recherches ; celles-ci ont démontré que les enfants développent davantage leurs habiletés motrices, ont de meilleures capacités de concentration, plus de créativité, qu’ils sont moins souvent et moins longtemps malades ; ils ont un meilleur équilibre émotionnel, apprennent à jouer ensemble, à s’entraider davantage et ont moins de conflits entre eux.
Il est à noter – comme le remarquent de nombreux enseignants qui sortent dans la nature avec leur classe – que les enfants « plus difficiles à gérer en classe » ne créent parfois plus de difficultés une fois dans la nature et font même preuve de qualités insoupçonnées. L’hyperactivité ainsi que de nombreuses autres maladies modernes sont atténuées dans la nature quand elles ne disparaissent pas tout simplement.

 

Extrait du rapport « syndrome de manque de nature – du besoin vital de nature à la prescription de sortie » réseau école et nature

Suite à la redécouverte des multiples bienfaits de la pédagogie par la nature, des jardins d’enfants et écoles dans la nature se multiplient un peu partout dans le monde. De nombreux exemples d’écoles dans la nature existent dans les pays scandinaves. Uniquement au Danemark, on compte entre 200 et 500 écoles dans la nature ; en Allemagne, on recense plus de 400 écoles publiques et le mouvement prend de l’ampleur au niveau mondial.

Selon le rapport Birdlife International sur le bien-être grâce à la nature dans l’Union européenne : « Les sorties éducatives en nature peuvent aider les élèves à prendre de l’assurance, améliorer leur estime d’eux-mêmes et leur apporter des connaissances. […] L’apprentissage par le monde réel contribue aux objectifs scolaires et apporte aux enfants une plus grande connaissance de la nature. Ce contact avec la nature a également pour conséquence :

  • l’amélioration du comportement des enfants et de leur autodiscipline
  • leur développement émotionnel
  • la diminution des incivilités, agressions, (et crimes!) ainsi qu’une meilleure intégration dans la communauté.»

Les fêtes
Les événements festifs sont les fils conducteurs de l’année :

  • les métamorphoses de la nature sont fêtées lors des « fêtes des saisons » qui ponctuent l’année : équinoxe de printemps et d’automne et solstices d’été et d’hiver,
  • fêtes conviviales ou liées aux travaux des champs (jus de pommes, arrachage des patates, fête du pain, …),
  • fête de fin d’année où les enfants exposent leurs œuvres.
    La célébration des fêtes fait grandir l’enfant intérieurement. Elle est l’occasion pour chacun de co-construire une œuvre commune qui porte une magie dont l’enfant se nourrit et dont le souvenir l’accompagne durant toute l’année. Elle est aussi l’occasion de créer des contenus qui ont du sens grâce à un lien affectif puissant. En ce sens, elles font partie intégrante du projet pédagogique.